lundi 7 janvier 2013

Calendrier du Bon Jardinier de 1947 : janvier ...

Quand on tient un blog, on a accès à la "Source du trafic "... Si vous tapez " jardin régulier" sur Google et que vous arrivez chez moi ... je le sais ... Un jour, après avoir lu "Jardiner quand dans l'année ?" Je me suis dit qu'il fallait que je fasse quelque chose pour sortir de l'angoisse ce pauvre lecteur... 
Le très attachant Calendrier du Bon Jardinier de 1947 devrait calmer quelques temps notre lecteur angoissé... Chaque début de mois je le publierai en essayant d'apporter quelques commentaires ou explications. 
Mais, le maintenant presque vieux jardinier que je suis peut donner un conseil de vieux jardinier .... Pour comprendre et exercer le métier de jardinier, il faut se poser seulement deux questions : "Qu'est-ce qu'un jardin ?" "Qu'est-ce que mon jardin ?" ... le Calendrier du Bon Jardinier de 1947 est très attachant certes, mais il a ses limites ... à la question "quand doit-on jardiner?" le calendrier d'entretien répond ... Jamais il ne répond à la question "Comment doit-on jardiner son jardin ?" Ce qui suit est un regard sur cet outil, prenez ce qui vous intéresse ... le reste est de la culture hortésienne ... 

Bonne lecture et prudence ...



Le Calendrier du Bon Jardinier de 1947 est signé Eugène Laumonnier et Maurice Marcel 

L'usage en littérature horticole, veut que le calendrier des travaux à effectuer chaque mois, commence en janvier. En pratique, le mois d'août marque réellement le début de l'année culturale. Pour essayer d'accorder le calendrier civil et la répartition des opérations culturales, nous nous proposons d'utiliser les observations de la marche de la végétation.
Chaque phase de saison a été définie par la feuillaison ou la floraison d'arbustes, d'arbres ou de plantes que l'on rencontre facilement dans les jardins ou dans leurs abords. Quételet dès 1848 publiait des Instructions très précises pour l'observation des phénomènes périodiques de la végétation. Plus près de nous, Renou commence une série d'observations phénologiques à l'Observatoire du Parc-St-Maur en 1875; série continuée par Moureaux Dufour et C. E. Brazier alors directeur de l'Observatoire. C'est en partant de cette longue série qui a été dépouillée et mise à jour par nos soins, que nous pourrons appliquer la marche des opérations culturales eu égard à celle de la végétation; selon les feuillaisons et floraisons qu'il observera, le praticien pourra régler ses opérations culturales sur la marche de la végétation et, de là, profiter de l'avance ou du retard de la saison.

Quoique le mois de janvier soit considéré comme étant un des mois les plus froids de l'année, l'activité reprend dans toutes les parties du jardin. Souvent avant lafin du mois on note l'Avant Printemps caractérisé par la floraison femelle du Noisetier (Corytus Aoellana Linné) et celle du Pas-d'Ane (Tussilago farfara Linné). Ce sont les premières manifestations de la végétation.


POTAGER
TRAVAUX GÉNÉRAUX — Préparation du sol pour les semis sur côtières et ados. Continuer les labours et les défoncements quand le sol n'est pas trop humide ou gelé. - Chaulage des terres nécessitant cette opération. En cas de temps doux et pluvieux découvrir les Artichauts, les recouvrir en cas de gelées. Aérer le plus souvent possible les plants conservés sous cloches et sous châssis pour éviter la « fonte ». Visiter souvent la cave à légumes et les silos à salades et à légumes-racines. Le plant de Pommes de terre doit être placé en clayettes pour le faire germer. Ces clayettes doivent être placées dans une réserve claire et à l'abri de la gelée (en avant des caisses dans une Orangerie).
Côtière ou Costière. Plate bande abritée par un mur, une palissade ou une haie exposés au midi et dressée en pente douce vers le sud.
(BJ 1947)
Cotière
Ados. Planche de terre en pente, favorable aux primeurs. Selon l'orientation de la pente, on dit : ados du midi, ou de l'est. (BJ 1947)
Ados
Aérer le plus souvent possible les plants conservés sous cloches et sous châssis pour éviter la « fonte » Il s'agit ici de la Fonte des semis, vous remarquerez qu'avant tout traitement (qu'il soit chimique ou autre) il existe une solution préventive.

SEMIS ETPLANTATION SUR COUCHES. 
Semis sur couche dégageant 15 à 18° C., de Carottes à forcer, avec quelques graines de Radis à forcer. Ces cultures sont contre-plantées de Laitue Gotte et de Choux-fleurs tendres. Semis au doigt sur couche tiède d'Epinards d'été et de Navets à forcer.  Plantation de la deuxième saison de Pommes de terre en plant germé. Semis de Choux pour le début de l'été, de Laitues et Romaines. — Deuxième semis de Poireaux sur couche pour compléter le semis du mois précédent. Préparation de fumier, montage et lardage de meules à champignons.
Couche : Amas de fumier (que l'on couvre de terreau) développant, par la fermentation, de la chaleur que l'on utilise pour la culture de certaines plantes. Une couche chaude est celle qui est faite avec du fumier neuf; une couche froide est montée avec du fumier qui a perdu en partie sa chaleur. (BJ 1947)
Semis au doigt: Technique parisienne, les maraîchers de Paris préfèraient semer au doigt, c'est-à-dire faire tous les 1,5 cm à l'aide du doigt un petit trou dans lequel ils déposaient une ou deux graines.
Forçage.
Mise en végétation de la deuxième saison de Pêchers (température 51 à 12°). Bassinages matin et soir des Vignes, Pêchers et Fraisiers forcés. Taille et palissage de la première saison de Pêchers. Montage des couches à Melons (0 m. 60 de hauteur). Moussage des coffres et des châssis. Semis et rempotages successifs de Melons, Tomates, Concombres et Aubergines.
Rentrée en bâches chauffées d'une saison de Fraisiers en pots. Triage des Fraisiers de 1° saison ne montrant pas de fleurs. Rentrées successives tous les 10-15 jours d'arbres fruitiers en pots. Continuer le forçage des Asperges et des Haricots. Forçage sur place du Crambé et de la Rhubarbe. — Entourer avec des feuilles les coffres de culture hâtée de Fraisiers et début de la couverture le soir avec des paillassons. Dans les bâches aux Ananas, augmenter la température en cas d'arrosages copieux. Soigner la maturation des fruits. En cave continuation du forçage des Pissenlits, de la Barbe de Capucin et de la Witloof.
Bassinages: Arroser très légèrement en pluie fine(BJ 1947)
Palissage : Opération qui consiste à fixer, sur un mur ou tout autre appui, les branches d'une plante pour faire prendre à l'ensemble une forme déterminée et la préserver des ruptures qui pourraient se produire par le poids du feuillage et des fruits 
(BJ 1947)

Palissage
Fruitier et verger.
 Si le temps le permet, terminer la plantation des arbres fruitiers. En-jaugeage des arbres que l'on ne peut planter immédiatement. Continuer la taille et le palissage des Poiriers, Pommiers. Au verger, élagage et émondage des arbres-tiges. Pratiquer les traitements d'hiver. Labour léger de tous les carrés où la taille est terminée. Par les temps de gelées transports de fumiers et composts. Visites fréquentes au fruitier et à la chambre à raisin. Brûler du soufre dans cette dernière contre les moisissures. Par les mauvais temps, confection d'auvents, peinture de lattes et réparation du matériel.

Pépinières.
 Continuer les labours et défoncements. Récolte de boutures et greffons d'arbres fruitiers et d'ornements. Les réunir par petites bottes étiquetées et enjauger dans le sable au pied d'un mur au Nord. Récolte, habillage, triage et mise en jauge des plants de Cognassier de Fontenay, Pommier « Paradis noir de Vitry » et « Jaune de Metz », Prunier St-Julien et Cerisier Ste-Lucie. Rabattage des arbres-tiges, greffés l'an dernier. Taille de formation de Poiriers et Pommiers. Stratification dans du sablon des Amandes à coque dure. Plantation de Cognassiers et de Pommiers Paradis et Doucins. Rempotage en pots de 0,20 à 0,24 d'arbres fruitiers pour forcer. Bouturage en bâches chauffées, de la Vigne pour culture en pots.

Défoncements : c'est un labour très profond utilisé en pépinière pour soit disant permettre aux racines des arbres de mieux évoluer dans un sol meuble ... juste une remarque : un sol meuble est pratique mais ce n'est pas un sol au sens pédologique et les végétaux n'évoluent bien que des  sols non perturbés ...
Récolte de boutures et greffons d'arbres fruitiers et d'ornements : Je reviendrai sur la pépinière ... mais avant tout sachez qu'un plante élevée et cultivée dans le sol de votre jardin reprendra toujours mieux qu'une plante de "meilleure qualité" achetée en jardinerie ou pépinière ... 
Habillage : j'aime beaucoup ce terme qui désigne la taille des racines des végétaux qu'on se propose de replanter ... mais attention ce n'est pas n'importe quoi ... l'habillage des racines  ne se fait si et uniquement si cela est utile  après reflexion et observation ...  en revanche ce n'est JAMAIS une opération qui consiste à calibrer le système racinaire à la fosse de plantation ou au pot ...
Jardin d'agrément.
TRAVAUX DE PLEINE TERRE. Continuation des terrassements commencés le mois précédent. Les pelouses à refaire sont labourées profondément en ayant soin d'extirper les racines des mauvaises herbes susceptibles de repousser, les autres seront enterrées au fond de la jauge. Il est aussi possible de décaper le gazon sur 10 cm. d'épaisseur, de mettre en tas motte contre motte; au bout de 2 ans, après plusieurs remaniements, adjonction de fumier de vache et concassages l'on possédera un excellent compost, c'est le « loam » des Anglais.
Les arbres et arbustes morts ou à réformer seront arrachés, les emplacements et trous de plantations seront préparés afin d'effectuer les nouvelles plantations dès que le temps le permettra. Les élagages seront continués. Les bulbes d'Anémones, de Renoncules peuvent encore être mis en terre, même les Jacinthes et Tulipes, si par suite de gelées, il n'avait pas été possible d'effectuer ce travail en novembre-décembre. Par temps doux, découvrir les plantes herbacées qui risquent autant la pourriture que le froid, puis les recouvrir en cas de gelées.
Quelques plantes annuelles telles que : Coquelicots, Pavots doubles, Pieds d'Alouettes, Pois de senteur, Thlaspis annuels peuvent être semées à la fin du mois, à bonne exposition, si le temps le permet.
Les pelouses à refaire : Il faut noter ici les limites du calendrier d'entretien. Nous sommes dans une logique d'intervention systématique et quasi irréfléchie ... Les pelouses à refaire ? Certes cela est possible mais ce genre de préconissation et beaucoup d'autres ont  entrainé le jardinier amateur et même professionnel à agir systématiquement sans dicernement et à refaire par exemple les pelouses tous les dix ans ce qui est une aberration. Pour info, la pelouse du parc de Matignon, régulièrement célébrée a peut-être été refaite en 1904 ....  il y a plus de cent ans. 
SERRES, BACHES ET ORANGERIES.
En orangerie et en serre froide, par suite du manque d'air et de l'absence de rayons solaires, des moisissures et des pourritures se constatent sur les plantes. Toutes les semaines en faisant le nettoyage des serres, enlever les feuilles mortes ou en mauvais état, puis aérer si le temps est doux. Arroser très modérément le matin.
Janvier voit déjà les jours s'allonger, le soleil est parfois un peu plus chaud qu'en décembre, mais c'est aussi le mois des fortes gelées; il faut donc avoir sous la main tout le matériel de couverture : paillassons, litière, feuilles, etc..
En serres chaudes, si l'on chauffe fortement, mouiller les sentiers pour augmenter l'humidité de l'air ambiant.
En serres tempérées et chaudes, le travail est actif. Les oignons à fleurs forcés commencent à fleurir: Jacinthes, Narcisses, Tulipes, etc... Des plantes cultivées comme bisannuelles : Primevères de Chine, Primula obconica, etc..., peuvent servir à décorer les jardins d'hiver. Le forçage des Astilbes (Hoteia) bat son plein.
Les saisons de mises en végétation se succèdent toutes les deux ou trois semaines pour les plantes préparées pour le forçage, de même pour quelques arbustes tels que : Rosiers, Lilas, Deutzia Boule de neige (Viburnum Opulus sterilis), etc... de même pour les Lilium : L. auratum, L. longiforum et similaires, L. speciosum. Les Hippeastrum hybrides (Amaryllis hybrides), l'Ornithogale d'Arabie, là Scille du Pérou. Les pieds mères de plantes molles telles que : Achyranthes, Iresine, Fuschsia, Anthemis, Gnaphalium, Mesembryanthemum, Ageratum sont transportés en serre chaude en vue de leur très proche bouturage.
Dans la serre à multiplication commencent les semis de : Begonia gracilis, B. semperforens, B. tuberosa hybrida, Gloxinia.
Semer des Clarkia afin de les voir fleurir en serre à partir d'avril. Cinéraires et Calcéolaires hybrides sont rentrés en serre tempérée froide.
Les Œillets doubles à grosses fleurs sont arrosés à l'engrais liquide. Une première saison de Begonia, Gloxinia et Achimenes en bulbes ou rhizomes peut être mise en route.
Entre temps procéder au rempotage de plantes de serres tempérées et chaudes : Fougères, Orchidées, Palmiers, etc... Puis laver et nettoyer les plantes qui en ont besoin.
Begonia gracilis, B. semperforens, B. tuberosa hybrida, Gloxinia : Nous sommes en 1947 ... ces plantes sont un peu datées et plus du tout "à la mode" ce qui ne doit absolument pas vous empècher de les utiliser ...
Clarkia : CLARKIA Pursh.  (Œnothéracées). Plante herbacées annuelles, fils, alternes ou opposées, simples ovales ou lancéolées, entières ou denticulées. Fls, axillaires, solitaires et sessiles. 15 à 20 esp. Origine Amérique du Nord  occidentale.elegans Dougl.; Californie, annuel, tige droite, rameuse, 50 à 60 cm. de hauteur, fils, ovales-oblongues, lancéolées, un peu dentées. En juin-sept., fleur rose violacé vif dans le type. Semer en place en avril. (BJ 1947)
Clarkia elegans
(Eugène Laumonier et Maurice Marcel, Le Bon Jardinier, 1947)




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire