lundi 1 septembre 2014

Histoires d'amour d'un polyhortus-lover ...

Un jardin beau, c'est un jardin aimé ...
(Stéphanie de Courtois, Entrevue à la Cité de l'architecture et du patrimoine, 2011)
Parc de L'Hôtel de Matignon - Charles Lansiaux -1904

Parc de Champs
Elle a bien raison mon amie Stéphanie ... les jardins sont faits pour être aimés. C'est  fou ces histoires d'amour entre le jardinier et son jardin ... Je vous en avais parlé, lors de la tempête de 1999, j'ai vu un jardinier mourir de chagrin, c'était terrible.  En écoutant Stéphanie, je me demande si je ne suis l'homme que d'un seul jardin ou bien ne suis-je qu'un infâme polyhortus-lover ???
La réponse est facile puisque déjà deux jardins (qui hantent ce blog) me viennent tout de suite à l'esprit ... alors je fouille dans ma mémoire pour touver un jardin que j'aurais aimé sans (la notion est importante) moi-même le jardiner ... une sorte d'amour non déclaré à la japonaise...  Je les passe en revue comme on compte les moutons ...  Celui-là ??? bof!  Celui-ci ??? bof ! etc etc. ... Et la horreur !!! je n'en aime aucun ... même les deux cités plus haut je m'en fous, ils peuvent faire des parkings et des centres commerciaux à la place ... Je me fiche des jardins, je me fiche des jardiniers et de leurs plantouilles  .... je hurle même ... ARRÊTEZ DE ME PARLER DES JARDINS, C'EST DE LA M... !!!! 

Et là, bien sur je me réveille en sueur ... 

Histoire d'amour nostalgique ...
Square René Le Gall - Paris
Histoire d'amour  bienveillante ...
Parc de Digoine -  Saône-et-Loire
Histoire d'amour non consommée ...
Parc de Méréville - Essonne
Coup de foudre intense ...
Parc de Vaux - Aube
Coup de foudre très intense ...
Les jardins de Bussy-Fontaine - Maine-et-Loire

Histoire d'amour "Pygmalienne"
Les Bordes - Allier

Histoire d'amour compliquée
Parc de Trianon à Versailles - Yvelines

Etc. ...

lundi 21 juillet 2014

Utopie champêtre et jazz band à Nohant ...

Une terre fertile avait plus de prix à ses yeux que les sites les plus enchanteurs. Un guéret (terre labourée) bien ensemencé, une prairie verdoyante lui inspiraient un sentiment de joie inexprimable ; là était pour elle la manifestation complète de la vie : l’homme s’unissant à la nature pour lui faire répandre ses trésors. Dés son enfance les travaux des champs l’ont vivement intéressée.
(Louise Vincent, Le Berry de George Sand, 1919)

Photographie  Isabelle Auricoste - Nohant en 1989

Nohant de nos jours










On y est bien à Nohant ...  "Utopie champêtre" disait Monique Mosser ...  J'y passerais bien mes vacances dans cette utopie ... S'il n'y avait pas ce satané Fred Chopin's jazz band pour nous casser les oreilles ...

Tiens !!! en parlant de vacances, il est temps que je prenne les miennes ...

 à bientôt ... 

jeudi 17 juillet 2014

Le jardinier et ses orangers ...

Il était une fois une histoire vraie...  il y a bien longtemps, un jardinier se nommait Jacques-Louis d'Or, c'était un brave gars qui pensait que son jardin était la plus belle chose du monde …  Ce jardinier un peu rêveur était la compétence même … Il avait d'ailleurs sauvé miraculeusement son parc gravement malade après je ne sais plus quel cataclysme … Le propriétaire délaissait son domaine et préférait parader à la Cour ... On peut affirmer qu'il n'y mettait jamais les pieds, si bien qu'il n'embauchait même plus de jardinier … Pourtant, un jour, ce propriétaire nomma une sorte d'intendant. Celui-ci, cupide, fit croire au propriétaire que ce domaine pouvait rapporter beaucoup d'argent … ''faites'' répondit le propriétaire … L'intendant organisa des mariages, des mariages et encore des mariages … Cet intendant était certes avide d'argent mais ne brillait pas par son imagination … Un autre jour, un triste jour, il se rendit compte que ses promesses lucratives étaient bien en dessous de ses pronostics …Il chercha et trouva un coupable idéal pour masquer son incompétence (pratique bien connue)
Il alla donc voir le jardinier et lui donna l'ordre de brûler la collection d'orangers qui se trouvait dans l'orangerie ''Mais pourquoi ? '' s'étonna affolé le jardinier … ''Nous allons louer l'orangerie l'hiver, nous gagnerons beaucoup d'argent et le propriétaire sera content''... Le jardinier bien évidemment refusa de détruire sa collection, certaines plantes avaient plus de cent ans ...Il essaya de convaincre le propriétaire lui rappelant que les orangers étaient dans sa famille depuis très longtemps, que c'était un usage ancien qu'il fallait préserver ...''Vous êtes un dinosaure'' hurlait l'intendant … "Si vous ne jetez pas ces orangers c'est vous qui serez jeté aux ordures'' … Le jardinier refusa, il fût chassé du domaine sans être entendu … On essaya de faire venir d'autres jardiniers mais l'histoire était connue et personne n'accepta de remplacer l'irremplaçable Jacques-Louis d'Or … Par la suite, le jardin ayant perdu son âme tomba rapidement en ruine pour disparaître à jamais … Plus de jardin, plus de mariage,  le propriétaire décida alors de vendre ce lieu bien encombrant à des promoteurs …
Quand le roi apprit cette histoire il chassa notre propriétaire de la Cour sans espoir de retour ... Il fut par la suite accusé d'avoir vendu l'âme d'un jardin au diable (ce qui est très grave) et brûlé vif par les inquisiteurs du coin ... 

Quelques siècles plus tard,
Jacques-Louis d'Or est toujours connu et ses pratiques citées par les amateurs de jardins … L'intendant quant à lui, l'histoire ne dit pas ce qu'il advint, comme tous ces gens qui ne sont pas grand chose, il disparut de la mémoire des hommes … 

La magnifique collection d'orangers de Digoine (heureusement non concernée par cette triste histoire)

mardi 15 juillet 2014

Moments parisiens ...


Le monde vivant aujourd'hui, tel que nous le voyons autour de nous, n'est qu'un parmi de nombreux possibles.
(François Jacob, Le Jeu des possibles, essai sur la diversité du vivant, 1981)



Ce genre d'individu ...


Quartier Mouffetard 

Entraîne ce type d'aménagement ...


Quartier Mouffetard 



Ce type d'aménagement ...


 Cité de la Mode et du Design

entraîne ce type d'ambiance ....


 Cité de la Mode et du Design


Ce type d'ambiance ...

Zoo de Vincennes

appelle ce genre d'individu ...


Zoo de Vincennes

etc. ...

jeudi 10 juillet 2014

Les arbres sourient aux audacieux ...

Les arbres conifères sont rarement employés en avenues. Toutefois ou peut citer, en France, en Angleterre, en Allemagne, de majestueuses allées d'épicéas (Abies excelsa), de pins (Pinus sylvestris et P. Laricio) et de mélèzes (Larix europœa). Le principal inconvénient des plantations rectilignes de conifères est la difficulté de leur consacrer assez d'espace si l'on tient à conserver leurs branches inférieures, ou la nécessité de les élaguer et de détruire la beauté de leurs formes. Ou doit même renoncer à certaines espèces. J'ai cité l'allée des cèdres de l'Himalaya (Cedrus deodora) de Dropmore (Angleterre), et signalé leur végétation inégale. Il en est de même des cèdres plantés à Kew, et de quelques plantations d'Araucaria imbricata en lignes.
(Edouard André, Traité général de la composition des parcs et jardins, 1879)


Arbres d'alignement conseillés par Edouard André en 1879
Avenue de Palmiers dans le jardin botanique de Rio de Janeiro
Arthur Mangin, Histoire des jardins anciens et modernes, 1887
Alignement de Cercis, Cyprès
Oliviers et je ne sais plus trop quoi dans une rue de Marseille

Alignement de Magnolia, Palmiers et Platanes dans une rue d'Ajaccio
Alignement de Taxodium distichum, The J. Paul Getty Museum, Los Angeles 
Ces listes d'arbres pour alignements, canaux, avenues éditées par Edouard André... me font bien rêver ... Que reste t'il de tout cela ? Que plante t'on maintenant ? Du Tilleul !!!  Nous traversons depuis pas mal d'années une période d'auto-censure bien tristounette .... Entre les maladies, les plantes invasives, la biodiversité, les accidents qui n'arrivent jamais et les techniciens qui affirment, quel que soit l'arbre, que "ça ne tiendra jamais" ... On ne plante plus rien ...
Moi, je veux des avenues, des allées et des quinconces plantés de Noyers, de Châtaigniers, d'Eucalyptus, de Pins laricio, de Figuiers, de Pistachiers, de Jujubiers ... et de Féviers dans les cours de récré  ... Je veux des plantes d'ici et d'ailleurs ... je veux qu'on arrête de virer les Cedrela de l'Avenue des Gobelins à Paris ... Je veux errer dans les rues à l'ombre des Plaqueminiers, des Mélèzes ou de  Cyprès chauve qui défoncent les trottoirs, marcher sur des Kakis pourris et recevoir une pomme sur la tête pour enfin comprendre les lois universelles de la gravitation... Bref !!! je veux un peu plus d'audace ... 

lundi 7 juillet 2014

Le parc du château de la Rivière ...

... un grand parc en forme de carré parfait, ou oblong, ce parc étant séparé du parterre par un canal égal en longueur à celle du parc.
La disposition du parc sera belle ...
les quatre autres allées aux quatre coins d'icelui, représentant une forme d'étoile au milieu du parc ... Les places qui seront entre ces allées seront remplies les unes de bois sauvage, les autres d'arbres fruitiers, et les autres employées en prairies, terres labourables et vignes selon l'étendue du parc.
L'entrée doit avoir au dehors une place grande et spacieuse, avec une avenue à trois allées, la plus longue qu'on pourra, l'allée du milieu ayant quelque quatre toises de large, et les deux autres la moitié. Ces trois allées seront revêtues d'arbres à ombrage, et de palissades entre les arbres.
 (Louis Savot,  L’architecture françoise des bastimens particuliers, 1579)


Le Château de la Rivière et son Carré en ile 
Il y a bien longtemps que je n'avais pas vu un tel lieu ... le Parc du château de la Rivière c'est du Théâtre d'Agriculture, un jardin de 1620 parfaitement conservé ... une merveille exceptionnelle. 
"Il n'y a plus rien" se dit-on bêtement en arrivant ... Tout est là ... Je conseille vivement les amateurs de jardins historiques d'y aller ... Bien sur, point de parterre ni fleurette ici ... nous sommes dans une structure, une composition ...

Et quelle composition !!!

Plan de division e la terre de la Rivière, commune du Favril et de Pontgouin, provenant de l'émigré D'Aligre - 1794
Le texte de Louis Savot colle parfaitement au lieu, il y a la Patte d'Oie, le verger et potager, le canal et le Bosquet de l'Etoile magnifique (La disposition du parc sera belle) avec son système d'allées aux angles très fermés ( 25°) qui fait que le regard englobe 3 allées d'un seul regard...   

Le système d'allées du Bosquet de l'Etoile
Il y a aussi cet axe uniquement visuel qui traverse les bosquets, la prairie et le potager ... juste comme ça, pour articuler ...

L'axe traversant Bosquets et Potager

L'axe traversant Bosquets et Potager


Et puis ... et puis ... il y a le Carré en ile appelé Le Pré Quarré ... ne vous y trompez pas nous sommes dans du rarissime ... 


On notera que le niveau du sol est naturel et sujet aux inondations ce qui est surprenant. En effet la mise hors d'eau n'était pas une oeuvre insurmontable. Par ailleurs, la présence de l'Eure canalisée mais non détournée, rend la maîtrise de l'eau difficile. Cet état implique un mode de culture simple telle que la production de fourrage
En premier, on notera que le carré en ile est dans l'axe du château ce qui est loin d'être banal ... D'ailleurs cet axe c'est quoi ...? Le Pré Carré, les Couches, les Vignes sont des espaces agricoles. Il y a au château de la Rivière une mise en scène des espaces économiques. Le théâtre d'agriculture d'Olivier de Serre prend ici une partie de son sens

L'axe comprenant Parterre, Carré en ile, Couches, Vignes
Il y a un détail très beau que j'aime beaucoup ... Vous observerez la subtilité de la rivière Eure arrivant sauvage puis canalisée et repartant à nouveau sauvage ...


L'Eure canalisée au niveau du Carré en île
"ce parc étant séparé du parterre par un canal égal en longueur à celle du parc"
Pour réguler l'eau,  canaliser l'Eure était inutile. En revanche, cela participe à l'effet d'optique. 

En effet, le Carré en Île en forme de trapèze devient, depuis le point de vue O (extrémité centrale du parterre) un carré rectangle aux angles égaux. 
Le Carré en Ile de la terrasse (point O)

Cet effet d'optique est rendu possible grâce au parallélisme des points B,C,D
( Rives du canal, murs des terrassements)
O : Point de vue
A : Mur du Parterre
B : Rive du canal
C : Haut du premier mur de soutènement, deuxième rive du canal
D : Haut de second mur de soutènement, bas des vignes
E : Limite du domaine (mur de clôture)
F : Rivière Eure


Egalement du point de vue O' (pont du canal) les points B,C,D sont parallèles, la pointe du quadrilatère  n'est pas visible.

Autre point de vue du pont (point O')
Autre point de vue du pont (point O')

J'aime à regarder ce que les jardins sont devenus ... Ici au Château de la Rivière, le temps a effacé certains bosquets libérant une série de vues sur le château .... le château  est à son tour mis en scène dans le paysage ...

Les vues du parc vers le château

Pour connaître l'histoire, visiter cet été et même dormir au Château de la Rivière cliquer amoureusement sur ce "lien"





lundi 30 juin 2014

Brasilia ...

J'ai voulu peindre un oeil de boeuf, le reste a suivi ...
(Paul Delvaux, à propos d'Abandon,(il me semble)

Oscar Niemeyer

Congrès national du Brésil, esquisse 

Congrès national du Brésil en construction

Congrès national du Brésil à Brasília(1960)

lundi 23 juin 2014

De l'If ou l'Arbre de mort ...

Celui-ci provient aussi des petits bâtons ou jeunes branches qu'on en plante. On en fait aussi des haies ou des contre-espaliers et sont toujours verts. On les transplante au commencement du mois de mars dans la terre sablonneuse. On en fait aussi des arbres dont on taille le branchage en couronnes, ou bien on les laisse monter tout droit en rond, selon la fantaisie de chacun.
(Jan Van der Groen, Le Jardinier du Pays-Bas, De l'If ou l'Arbre de mort, 1672)


Souvent, on me demande s'il est possible de redonner la forme originelle aux ifs anciens qui se sont laissés pervertir par le temps et les jardiniers ... Cette taille de rajeunissement est possible ... elle est tellement radicale que les jardiniers hésitent souvent à l'utiliser. Pourtant c'est une technique très ancienne déjà citée dans La théorie et la pratique du jardinage, Antoine-Joseph Dézallier d'Argenville (1709).

Taille de rajeunissement sur les ifs de la cour d'honneur de la Malmaison 

Jean-Michel Sainsard - Principe de rajeunissement sur Taxus baccata (if) 
Toutefois, l'histoire et la gestion des topiaires sont loin d'être maîtrisées. Si les méthodes pour réaliser les topiaires et les différentes architectures sont connues, la construction de gabarit pour conserver la forme originelle du topiaire semble récente. Les jardiniers appliquaient des tontes à main levée produisant immanquablement un relâchement des formes.

Anonyme, Manière de dresser les ifs XVIIe siècle - Musée des arts décoratifs (Paris)

Si j'ai longtemps conseillé et même pratiqué cette taille, mettant en avant l'homogénéité, les proportions et le rapport avec l'architecture, ... j'ai tendance maintenant à la déconseiller.

Je mets en garde systématiquement contre toute intervention systématique... si parfois ces relâchements appauvrissent le jardin, la plupart des exemples de relâchement d'ifs donnent des résultats d'une grande poésie et pour citer notre ami Jan Van der Groen, sont d'une grande fantaisie. 
On pense bien sur à Levens Hall en Angleterre, mais aussi, moins connu, au domaine de Lathan en Pays de la Loire ou au Palais Boromée à Isola Bella. Ces ifs fantasques, disproportionnés, deviennent, à l'image des ifs du Parc de Sceaux épargnés par la scandaleuse restitution des parterres, des éléments essentiels et indissociables de la composition.

Domaine de Lathan
L'if d'Isola Bella ( et mon fiston)
Les ifs du Domaine de Vayres

Et que dire des Buis de Powis Castle ?